DEVENIR UN PROFESSIONNEL DE L'AQUACULTURE



Brevet Professionnel de Responsable d'Exploitation Agricole option Aquaculture Continentale


Une formation diplômante et professionnalisante
BP REA Aquaculture continentale


Prochaine session de formation BP REA du  11 septembre 2017 au 15 juin 2018


Mise à jour : 05/12/2017


Différentes informations


Témoignages Anciens BPREA

Aquaponie au CFPPA

Documents relatifs au BP REA aqua

Pêche professionnelle

Par la formation continue : CFPPA

Par l'apprentissage : CFAA

Formations "courtes"


Astaciculture

Ranaculture

Spiruline

Aquaponie

Formation à distance

Etangs : mode d'emploi

Attestation de connaissance animaux domestiques

Liens et Partenaires


CONTACTEZ-NOUS !
Conapped : COmité NAtional de la Pêche Professionnelle en Eau Douce
"Devenir pêcheur professionnel !"
Télécharger la fiche métier du pêcheur professionnel

Le COmité NAtional de la Pêche Professionnelle en Eau Douce (Conapped) :

Le secteur de la pêche professionnelle en eau douce compte aujourd'hui quelque 430 pêcheurs : 347 pêcheurs fluviaux continentaux, 26 compagnons et 57 marins pêcheurs, ces derniers exerçant leur activité dans les eaux mixtes des estuaires. Ils sont réunis au sein de 11 associations agréées par le ministère du Développement durable : Seine-Normandie, Rhin, Loire-Bretagne et cours d'eau bretons, Saône et Haut-Rhône, lacs alpins (lacs Léman, du Bourget et d'Annecy), Garonne-Dordogne, Adour, Gironde, Loire-Atlantique, Franche-Comté et Rhône aval Méditerranée.

Ces associations sont représentées au sein de l’organisation nationale, le Comité national de la pêche professionnelle en eau douce (Conapped).

Constitué le 10 mars 2008, sous l'égide du ministère de l'Écologie et dans le cadre de la loi sur l'eau, le Conapped est l'organisation représentative des pêcheurs professionnels qui exercent sur les bassins hydrographiques français (estuaires, lacs et cours d'eau). Son conseil d'administration compte vingt-deux membres. Il est actuellement présidé par Philippe Boisneau, pêcheur professionnel et vice-président de l'association du bassin Loire-Bretagne.

Interlocuteur des pouvoirs publics au niveau national, ministères du Développement durable, de l'Agriculture, Office national de l'eau et des milieux aquatiques (Onema), France Agrimer, le Conapped assure un suivi des dossiers dans les instances nationales (Comité national de l'eau avec ses commissions de suivi hydrologique et pêche, cette dernière donnant les avis sur les modifications de la réglementation de la pêche en eau douce, comité national PCB, comité national anguille...). Il contribue également au Conseil d'Orientation Stratégique (COS) de la Fondation pour la Recherche sur la Biodiversité (FRB) et au Conseil spécialisé pour les produits de la mer, de l'aquaculture et de la pêche professionnelle en eau douce.

Ses missions sont multiples :
- Représenter et promouvoir les activités des pêcheurs professionnels fluviaux et maritimes,
- S'impliquer dans l'organisation de la profession,
- Réaliser des actions économiques et sociales,
- Participer à la préservation du milieu aquatique,
- Contribuer à la gestion équilibrée des ressources et à l'amélioration des conditions de production,
- Diffuser le savoir-faire,
- Fournir une assistance technique à la profession,
- Contribuer aux études scientifiques et économiques,
- Travailler en lien avec les instituts scientifiques : Muséum national d'histoire naturelle, IRSTEA, Ifremer, CNRS, INRA, Universités,
- Participer aux discussions sur les mesures réglementaires,
- Informer ses adhérents de l'actualité de la profession.

Ses actions en cours :
- Valorisation des espèces abondantes (lamproies, silures, mulets) ou invasives (écrevisses),
- Mises en place des partenariats dans le cadre de la sauvegarde de certaines espèces (l'anguille avec EDF et Indicang),
- Organisation d'une filière de repeuplement de l'anguille,
- Mise en place des partenariats dans le cadre d'une pêche durable et responsable avec le WWF,
- Préconisation des techniques de pêche en accord avec une pêche durable (guide de bonnes pratiques) en collaboration avec le Cnpmem,
- Organisation de sessions de formation aux pêches scientifiques,
- Action de sensibilisation au port d'un vêtement à flottabilité intégrée (VFI),
- Participation à la définition et à la mise en œuvre de la Stratégie nationale des poissons migrateurs (Stranapomi),
- Élaboration d'une organisation européenne des pêcheurs professionnels en eaux intérieures.

Devenir pêcheur professionnel :
Les droits de pêche (baux et licences) sont délivrés par l'État, les collectivités territoriales ou tout autre propriétaire du droit de pêche. L’attribution et le renouvellement des lots et licences de pêche professionnelle ont lieu tous les cinq ans. Ils sont soumis à avis des commissions techniques départementales (CTD) et des commissions de bassin pour la pêche professionnelle en eau douce.

Dès que le pêcheur professionnel continental a obtenu son lot ou sa licence, il doit alors s'inscrire au Centre de formalités des entreprises (CFE) des Chambres de commerce et d'industrie (CCI), puis à la Mutualité sociale agricole (MSA). Vient alors le moment de l'inscription à l'association des pêcheurs professionnels (AAPPED) du lieu d'activité. Le coût de l'adhésion comprend les cotisations à l'AAPPED et au Conapped ainsi que le montant de la redevance versée à l'agence de l'eau.

« Tout pêcheur professionnel en eau douce doit adhérer à l'association agréée départementale ou interdépartementale de pêcheurs professionnels en eau douce dans le ressort de laquelle il exerce son activité et détenir un droit de pêche » (article R434-39 du Code de l'environnement). L'adhésion à l'association agréée de pêcheurs professionnels en eau douce est subordonnée à l'engagement par le demandeur, uniquement pour le pêcheur professionnel d'origine fluviale (article R434-40 du Code de l'environnement) :
- de participer à la gestion piscicole et de tenir un carnet de pêche
- de consacrer au moins 600 heures par an à la pêche professionnelle en eau douce
Les compagnons doivent également adhérer à l'association sous les mêmes conditions.
Le statut de pêcheur professionnel est acquis lorsque ces formalités sont accomplies. L'activité ne peut pas démarrer avant la date du début du bail ou de la licence.

Les espèces commercialisées :
Les pêcheurs professionnels français commercialisent une trentaine d'espèces de poissons.
Elles sont regroupées en quatre grandes catégories :
- les espèces dulçaquicoles : poissons blancs (ablettes, carpes, gardons, brèmes, barbeaux), brochets, perches, sandres, silures, écrevisses,
- les espèces lacustres : corégones, truites de lac, ombles chevalier, lottes,
- les grands migrateurs (ou amphihalins) : - les grands migrateurs (ou amphihalins) : aloses, lamproies, saumons, anguilles, civelles, mulets,
- les espèces marines présentent dans les estuaires : crevettes blanches, crevettes grises, bars, maigres.

En 2009, les captures globales de la pêcherie professionnelle en eau douce étaient estimées à environ 1200 tonnes pour un chiffre d'affaires de près de 10,5 millions d'euros.

Chaque pêcheur professionnel continental déclare l'ensemble de ses captures sur des fiches mensuelles qui sont ensuite collectées par le Suivi national de la pêche aux engins (SNPE), service de l'Office national de l'eau et des milieux aquatiques (Onema).

Les circuits de commercialisation :
Les pêcheurs professionnels disposent de plusieurs circuits de commercialisation pour écouler leurs produits :
- La vente directe auprès des particuliers sur le quai à la descente du bateau, sur les marchés ou dans leur local professionnel,
- La vente aux restaurants et traiteurs,
- La vente en demi-gros et en gros : poissonneries (magasin ou grandes et moyennes surfaces) ; mareyeurs,
- La vente en vivant : trois secteurs recherchent du poisson vivant :
- les pisciculteurs d’étang en quête de géniteurs,
- la pêche récréative pour soutenir les effectifs piscicoles,
- les gestionnaires, dans le cadre de programmes de réhabilitation d’une espèce.

Certains pêcheurs ont développé une véritable activité de transformation. Ils élaborent des recettes pour les commercialiser sous diverses formes de conservation : en conserve, sous vide, surgelé, fumé, ou encore sous film à réchauffer au four (quiches et tourtes). De leurs laboratoires aux normes sanitaires européennes sortent ainsi mousses de poisson pour tapas, bisques d'écrevisses, soupes de poisson, lamproies à la bordelaise en conserve... Quelques pêcheurs d'anguilles disposent également de fumoirs. La plus-value est indéniable. Ces produits entrent pour 50 % dans le chiffre d'affaires des pêcheurs qui pratiquent la transformation.


Plus que des pêcheurs :
Les pêcheurs professionnels ne sont pas seulement des pêcheurs. Ils participent, en effet, à des plans de gestion de grande ampleur : pacage lacustre dans les lacs alpins, reconstitution du stock de saumons sur l'Adour, Indicang, tableau de bord anguille sur la Loire, marquage-recapture des anguilles argentées sur la Loire… Les associations de protection de la nature, WWF France notamment, leur reconnaissent un rôle majeur de gestionnaires du milieu.

Ils sont de plus en plus souvent sollicités pour accomplir de nombreuses prestations :
- Pêches scientifiques,
- Pêche de sauvetage lors de vidange de plans d'eau et de barrages,
- Pêche de régulation avec l'autorisation de l'administration sur le domaine public fluvial et à la demande des propriétaires sur le domaine privé.

Pour en savoir plus cliquer sur l'image ci-dessous pour visiter le site internet du Conapped !
Lien vers le site internet
Témoignages d'anciens stagiaires BP REA devenus pêcheurs professionnels Pêche professionnelle de l'écrevisse de Louisiane - Lou Chambri - Nicolas Gauthier
Pêche professionnelle sur le Lac Léman - "Les Marins d'Eau Douce" - Raphaël Jordan

Retour à l'Accueil
BP REA = Brevet Professionnel de Responsable d'Exploitation Agricole